logo

Schuhplattler

Illustration pour la danse Schuhplattler

Danse folklorique principalement pratiqu√©e en Haute-Bavi√®re et Autriche. Le nom de 'Schuhplattler' vient du bavarois¬†du¬†XIXe, 'schuh' signifiant chaussure. Mais la danse est bien ant√©rieure. Un √©crit monacale, de 1050, d√©crit une danse aux gestes et mouvements ressemblants. Un danseur d√©fie un autre √† faire des figures acrobatiques et l'emporter. L'exercice consiste √† tourner sur soi-m√™me en tapant des mains tout en tournant √† la mani√®re d'une valse. Selon une th√©orie controvers√©e, les pas s'inspireraient de l'observation du¬†Grand T√©tras¬† (ou Grand coq de bruy√®re des for√™ts de montagne) durant sa parade amoureuse. Au printemps, le m√Ęle fait la roue avec sa queue et frappe le sol avec les ailes pour s√©duire la femelle. Le schuhplattler demeure une danse de couple. Cependant sa forme est libre et sans r√®gles. Il se danse en trois temps, au Tyrol du Sud par exemple. Le danseur fait des sauts et sautillements. Il se frappe¬†('plattelte')¬†sur les jambes, les genoux et les pieds, puis se gifle ('paschte')¬†les mains, et tape des pieds. Il finit en une danse en rond. Au Tyrol italien, il se pratique en quatre figures sur huit temps, d√©nomm√© 'danse allemande'. La version √† trois temps se voit popularis√© par la famille Rainer, en 1824, qui multiplie des exhibitions un peu partout. Les clubs de danse folklorique se cr√©ent en Bavi√®re dans les ann√©es 1880. Des danses comparables avec des frappes de la main sur les cuisses, les chaussures et avec des figures acrobatiques existent dans d'autres pays, comme la Hongrie, la Norv√®ge, la Suisse...