logo

Cha-cha-cha

Illustration pour la danse Cha-cha-cha

Le cha-cha-cha est un genre musical latin issu de la rumba et du mambo, inventé en 1954 par le violoniste cubain Enrique Jorrin, de la charanga (traditionnel) Orquesta America, dans la première partie du morceau Enganadora ; l'autre partie est un rythme de mambo. Le mot 'cha-cha-cha' n'apparaît que dans le morceau Silver Star, et provient du son produit par le frottement des pieds des danseurs sur le sol. Genèse de la danse : Enrique Jorrin, remarquant les difficultés des danseurs avec le danzon-mambo, les pas n'étant pas marqués sur le temps mais sur la syncope, décide de faire des mélodies moins syncopées ; la syncope étant un son produit sur un temps faible et prolongé sur le temps suivant. De fait, les arrangements de l'orchestre utilisent toujours la syncope, et ce mélange de mélodie sur le temps et d'accompagnement sur le contretemps crée une caractéristique de ce nouveau genre, le cha-cha-cha. La danse est relativement simple à apprendre, mais le pas de base est un petit peu plus compliqué que celui des danses apparentées, la rumba, le mambo, la salsa... Sa principale caractéristique réside dans le chassé effectué sur le 'quatre-et-un' du décompte de la danse. Comme dans toutes les danses latines, c'est le garçon qui guide la fille. Le pas de base : temps 2, le danseur avance son pied gauche en transférant le poids du corps vers l'avant, la danseuse recule le pied droit ; temps 3, le danseur retransfère le poids du corps vers l'arrière, son pied droit, la danseuse : son pied gauche ; temps 4 et 1 ou 'cha-cha-cha' : le danseur exécute un chassé vers la gauche, la danseuse vers la droite ; et on recommence en inversant les rôles entre danseur et danseuse. Après le morceau Enganadora, d'autres succès ont suivi : entre autres en 1961, Los Machucambos (France), ont connu le succès avec les cha-cha-chas Pepito (mi corazon), repris par Bourvil ; et Eso es el amor.